Introduction de la part du Dr Dominique PARAIN

 

Informations sur le site

Ce site est ouvert à tous, c’est-à-dire, patients, familles de patients, médecins et toutes personnes qui voudraient des informations sur ce nouveau concept majeur de la neurologie : « les troubles neurologiques fonctionnels ». Un nouveau type de prise en charge est proposé avec de nombreuses illustrations sous forme de videos.

1- Dans le menu déroulant « troubles neuro fonctionnels » vous trouverez un texte sur les généralités concernant ces troubles avec un lien vers un site écrit par nos collègues britanniques et traduit en français: « www.neurosymptoms.org » qui décrit en détail tous les différents aspects cliniques des troubles neurologiques fonctionnels. Il existe également un texte concernant les hypothèses physiopathologiques anciennes et actuelles sur l’origine de ces troubles.

2- Dans le menu déroulant « stimulation magnétique », vous trouverez des informations sur le type de stimulation proposé pour les troubles neurologiques fonctionnels et les mécanismes d’action supposés.

3- Dans le menu déroulant « patients », vous trouverez plusieurs exemples de séances de stimulations, illustrées par des vidéos, sur des patients présentant différents types de troubles neurologiques fonctionnels.

Un complément important de ce site, réservé aux médecins, sera disponible au cours de l'année 2019.. La technique de stimulation magnétique centrale et périphérique y sera détaillée de façon plus précise, ainsi que le matériel nécessaire. De très nombreux exemples supplémentaires de patients seront donnés dans les différents domaines cliniques cités dans le site ouvert à tous mais également dans d’autres domaines des troubles neurologiques fonctionnels. Les neurologues sont concernés au premier plan mais également les rhumatologues (douleurs neuropathiques centrales, fibromyalgie par ex.), les orthopédistes (troubles neurologiques fonctionnels conséquences d’une lésion traumatique ou d’une chirurgie orthopédique), et les ORL (dyskinésie des cordes vocales). Avec ces données, un médecin connaissant bien ce type de pathologie, pourrait s’initier à cette forme de traitement.

 

Bienvenue sur mon site web

Le Docteur Dominique PARAIN.

Depuis 1995, je prends en charge des patients ayant des troubles neurologiques fonctionnels à type de paralysies, de troubles sensitifs, de mouvements anormaux (tremblements, dystonie), de crises non épileptiques ou de douleurs. Ces patients me sont adressés par leur neurologue ou leur rhumatologue. Tous présentent des examens complémentaires (imagerie, bilan biologique, examens neurophysiologiques) normaux, permettant d’éliminer toute affection organique classique.

A savoir

Les troubles neurologiques fonctionnels représentent le deuxième motif de consultation externe chez le neurologue. On sait, à présent, que ces symptômes sont en rapport avec des troubles de la connectivité cérébrale (fragilité de la connexion entre les neurones) qui sont le résultat d’une prédisposition génétique et/ou de facteurs émotionnels et/ou d’un traumatisme physique sur une quelconque partie du corps. On ne peut pas, actuellement, objectiver ces troubles en imagerie conventionnelle, mais cela est maintenant possible dans certains laboratoires de recherche. Ces patients ont donc des troubles essentiellement neurologiques. Mais très souvent, ils sont considérés à tort comme des patients ayant des problèmes psychiatriques, ce qui aggrave souvent leur détresse. Le pronostic global des troubles neurologiques fonctionnels est considéré comme défavorable malgré les traitements proposés qui se limitent souvent à des prescriptions à visée antalgique, à de la physiothérapie (pour les problèmes moteurs), de l’hypnose ou de la thérapie comportementale (quand elle est accessible).

J’explique, dans ce site, pourquoi et comment j’ai été amené à développer depuis 1995, pour la prise en charge de ces patients, un type particulier de stimulation magnétique transcrânienne dite à « large champ », associée à une stimulation magnétique périphérique, sur d’autres parties du corps. On sait que le système nerveux fonctionne grâce à des phénomènes chimiques et électriques. La stimulation magnétique va pouvoir agir en se transformant en courant électrique en profondeur dans le cerveau et au niveau des filets sensitifs périphériques.

Rappel

Dans la plupart des hôpitaux universitaires, on utilise un autre mode de stimulation magnétique transcrâniennne. La stimulation est dite « focale » et n’agit que sur 1 à 2 cm² de cortex cérébral avec comme indication presque exclusive la dépression. Cette technique ne marche pas dans les troubles fonctionnels neurologiques au vu de la complexité des réseaux impliqués (explications dans le site).
La technique, que j’utilise, est techniquement plus simple que la méthode focale. Pour en savoir plus sur la procédure et le matériel nécessaire (lien avec stimulation magnétique sur le site).
Ce type de traitement est devenu central dans ma prise en charge de ces patients, même si j’associe d’autres approches thérapeutiques. Avec ce mode de stimulation, on ne dépasse jamais le seuil douloureux et il n’y a pas d’effets secondaires significatifs. J’ai pu ainsi améliorer un grand nombre de ces patients (environ deux sur trois) et souvent de façon importante.

Pour objectiver l’évolution des symptômes et mesurer l’efficacité de la stimulation, J’ai souvent filmé mes patients, surtout lorsqu’ils avaient des manifestations motrices. (voir menu déroulant « patients »)

Cette technique a fait l’objet de plusieurs publications scientifiques émanant aussi bien du département de neurologie du CHU de Rouen, dans lequel j’exerçais, que du département de neurologie de l’hôpital de la Salpêtrière à Paris qui, depuis une dizaine d’années, utilise la même technique et obtient des résultats similaires aussi bien dans les paralysies que dans les mouvements anormaux fonctionnels. Une étude, multicentrique, contrôlée, coordonnées par le service de neurophysiologie du CHU Rouen, sur les paralysies fonctionnelles, comparant une stimulation magnétique centrale à une stimulation placebo, est actuellement en cours de rédaction. Elle montre clairement que les résultats sont significativement meilleurs avec la stimulation active lorsque celle-ci est pratiquée précocement, c’est à dire dans les premiers mois après l’apparition des symptômes. Lorsque la stimulation est pratiquée plus tardivement, les résultats ne sont pas significatifs. Je précise que, dans ma pratique, l’adjonction de la stimulation magnétique périphérique améliore nettement les résultats. Une étude récente montre, d’ailleurs, que la stimulation magnétique périphérique modifie, par voie rétrograde, l’excitabilité du cortex moteur. Cette technique a donc un véritable effet de neuromodulation cérébral.

A noter

Un des points essentiels, sur lequel je souhaite donc insister, est la nécessité de proposer ce type de traitement le plus rapidement possible afin d’éviter que le patient ne s’installe trop longtemps dans sa pathologie et qu’il ne devienne résistant à ce traitement ou même que sa situation ne s’aggrave, les troubles fonctionnels neurologiques ayant souvent un caractère évolutif.

Au vu des résultats obtenus, après des années de pratique sur un nombre considérable de patients venant parfois de toute la France et au vu des données de la littérature (même si elles peuvent être considérées comme insuffisantes), ce type de traitement paraît avoir une véritable place dans l’arsenal thérapeutique pour ces patients. D’autres arguments peuvent appuyer cette indication: l’innocuité de la technique ; son faible coût ; le handicap souvent sévère que présentent ces patients et la faiblesse actuelles des propositions thérapeutiques.

Certes un tiers des patients ne répondront pas à la technique. Pour les autres, le bénéfice peut être très important. Très souvent, une seule séance de stimulation ne suffit pas. L’effet est parfois en partie transitoire. Il faut savoir répéter les séances quand et autant que cela est nécessaire. Il s’agit d’une véritable prise en charge.